dimanche 15 février 2015

Good Morning Mr. Mandela

Long time no write... Mais c'est pour la bonne cause! Je viens d'émerger de deux livres qui m'ont beaucoup plus. En voici un:

'Good Morning, Mr. Mandela' de Zelda la Grange (2014 - 362 pages)

Niveau minimum requis: B2
(pour déterminer votre niveau de lecture, reportez-vous aux pages de juin 2009 de ce blog)


Pour les Mandela-maniacs comme moi comme pour ceux qui ne le sont pas vraiment, un superbe témoignage de quelqu'un qui a côtoyé le grand homme pendant les vingt dernières années de son incroyable vie.

Zelda la Grange était une petite jeune femme Afrikaner bien sous tout rapport d'un point de vue sud-africain blanc (comprendre hyper conservatrice et parfaitement raciste) quand elle décrocha un emploi au siège du gouvernement d'Afrique du Sud en 1994... Soit l'année de l'élection de Nelson Mandela.
Elle reconnaît la légitimité de son élection (même si comme toute sa famille elle a voté contre la fin de l'apartheid et considère Nelson Mandela comme terroriste) mais, en bonne Afrikaner qui respecte l'autorité, elle décide de garder ses distances vis-à-vis du nouveau président noir. 

C'était sans compter sur sa rencontre explosive avec le nouveau chef d'état, rencontre qui lui a changé la vie...

Son témoignage est fascinant, un excellent complément à Long Walk to Freedom, l'autobiographie de Nelson Mandela. Il est rare de lire quelque chose sur l'Afrique du Sud du point de vue de la minorité Afrikaner, tant ils ont à se faire pardonner.

Personnellement, j'ai passé mon temps de lecture... à pleurer. 
Nelson Mandela is my hero. Was I overreacting?

J'ai posté un certain nombre de recommadations de lectures sur l'Afrique du Sud, check them out:
Afrique du Sud Part 1
Afrique du Sud part 2
Le mal par le mal




samedi 13 décembre 2014

Chef d'œuvre, facile à lire

Etes-vous prêts pour une expérience de lecture hors normes? C'est ce qui va vous arriver si vous lisez cet extraordinaire roman:

'Three Day Road' de Joseph Boyden (2005 - 354 pages)


Niveau minimum requis: B1+
(pour déterminer votre niveau de lecture, reportez-vous aux pages de juin 2009 de ce blog)

C'est l'histoire de deux jeunes Indiens du Canada qui vont quitter leurs forêts pour aller se battre dans les tranchées de la Grande Guerre. 

Il faut dire tout de suite que Joseph Boyden est lui-même canadien d'origine indienne (son père était blanc, d'origine écossaise, et sa mère indienne, de la tribu des Ojibwe). Il est jeune, il est beau (magnifiquement tatoué!) et il est très très doué.
Mes élèves et moi avons eu la chance de le rencontrer lors du Festival Lettres du Monde et quinze jours après nous sommes encore tous sous le charme, au sens anglais du terme: Joseph Boyden est un être envoutant, un chaman écrivain. Jugez plutôt:



Pourquoi je vous recommande ce roman en particulier:
- il est facile à lire. Les deux narrateurs principaux étant Indiens, leur anglais est assez basique.
- l'intrigue et les personnages sont fascinants. Les deux jeunes Indiens deviennent les meilleurs tireurs de leur peloton, car ils prennent la guerre pour une partie de chasse, ce qu'ils font dans les forêts canadiennes depuis toujours.
- ce n'est pas du tout un livre de plus sur la guerre; c'est écrit au présent dans des chapitres courts et tout paraît très moderne.
- on passe d'une époque à l'autre et d'un pays à l'autre très vite. Bien sûr on découvre le quotidien dans les tranchées, mais c'est à travers les yeux de ces jeunes 'sauvages'. On suit aussi l'histoire de la tante de l'un d'entre eux, une Indienne qui a hérité des pouvoirs magiques de son père et qui poursuit les rites ancestraux dans sa forêt profonde.

Impossible de lâcher ce roman, malgré certaines scènes d'une violence insoutenable.




mercredi 8 octobre 2014

First book in English? C'est pour vous!

Une amie américaine m'a offert ce petit roman, qui se lit très facilement et que je recommande à tous les lecteurs débutants:

'The House on Mango Street' de Sandra Cisneros (1984 - 110 pages)


Niveau minimum requis: B1 (c'est très facile à lire)
(pour déterminer votre niveau de lecture, reportez-vous aux pages de juin 2009 de ce blog)


C'est une jeune américaine d'origine hispanique qui nous raconte des anecdotes de sa vie d'enfant de Chicago en faisant la chronique de son quartier - ou plutôt de sa rue 'Mango Street' - et de ses gens.

C'est frais, ça n'a pas pris une ride et c'est facile à lire. Esperanza - qui n'aime pas son prénom - narre en chapitres de 2 ou 3 pages maximum, ce qui fait l'essentiel de son quotidien, qu'elle rêve évidemment de quitter.

Un roman vintage et pourtant très moderne.

Parfait pour un premier livre en anglais!

samedi 4 octobre 2014

Feel-Good Chick-Lit*

Voilà un roman qu'une bonne copine pourrait vous recommander - c'est d'ailleurs exactement comme ça que je l'ai découvert, thank you, C.K! - parce que ce type de lecture ne vous veut que du bien.

'Last Chance Saloon' de Marian Keyes (1999 - 595 pages)


Niveau minimum requis: B1+/B2
(pour déterminer votre niveau de lecture, reportez-vous aux pages de juin 2009 de ce blog)


C'est un vraiment un feel-good book.


Il met en scène un groupe d'amis trentenaires originaires du même village rural en Irlande qui ont décidé un jour d'aller vivre leur vie de jeunes adultes à Londres. On suit leurs histoires de coeur, l'angoisse du temps qui passe (certains sont encore célibataires et sans enfants) et leurs différents combats (maladie, couple sans amour, solitude). D'où le titre, très bien trouvé.


C'est à la fois léger et enthousiasmant, car il y a beaucoup de dialogues vivants (parfois hilarants) et la belle amitié qui lie les personnages sonne juste.

C'est aussi assez sombre, parce que les personnages sont ou ont été malmenés par les aléas de la vie, certains graves et anxiogènes et que l'écriture réaliste de Marian Keyes permet à chaque lecteur de vraiment s'identifier à au moins un des personnages.

Le nombre de pages ne se ressent pas, j'ai même quitté le livre avec regret.

In a nutshell, c'est une lecture parfaite en début d'automne. Ce bouquin-là n'est pas que de la chick lit*, il dresse un portrait criant de vérité des joies et des peines de toute une génération.

* 'chick lit' c'est le nom de tous ces pavés censés n'intéresser que les filles parce que ce sont des histoires de filles écrites par une fille pour des filles...