mercredi 9 août 2017

BBF! Best Book Forever!

Je viens de dévorer un super roman:

"The Usual Rules"de Joyce Maynard (2003 - 382 pages)

Niveau minimum requis: B2 (à cause de sa longueur)
(pour déterminer votre niveau de lecture, reportez-vous aux pages de juin 09 de ce blog)


C'est l'histoire d'une adolescente qui perd sa mère dans les attentats du 11 septembre 2001. Même si le sujet semble hélas désormais classique, ce roman-là est captivant pour autre chose: cette jeune fille, c'est vous, c'est moi. Elle est confrontée à une peine incommensurable mais aussi aux défis de la vie d'après, dans une famille recomposée et avec les questions que l'on se pose à 13 ans.  On la suit entre la Côte Est et la Côte Ouest des Etats-Unis et on plonge avec elle dans l'Amérique post-9/11.

Les personnages sont tous incroyablement attachants, car complexes mais assez résilients. Les dialogues sont vivants, on ne s'ennuie pas une minute, et - c'est un bon signe - on regrette de les quitter lorsqu'on tourne la dernière page.

Qu'on soit adolescent, parent, adulte sans enfant, ce livre sonne juste et résonnera dans votre mémoire pour longtemps.

Son auteure, Joyce Maynard, est aussi connue pour avoir tout abandonné à l'âge de 19 ans pour vivre avec son écrivain préféré, J.D. Salinger, âgé de 50 ans à l'époque, et auteur du mythique "Catcher in the Rye". Mais j'en dirais plus dans un autre article... bientôt.

2 commentaires:

Olivier Cantin a dit…

Je suis partagé sur ce roman.
D'un côté, j'ai été pris par l'histoire, les sentiments de l'héroïne au point de vérifier à mi-lecture si c'était bien un roman et non une (auto)biographie.
De l'autre, il y a quelques passages qui sont en décalage avec le reste du roman. Exemples : le dîner de Noël qui ressemble à une happy end d'un film commercial américain, ou des personnages dont les caractères ne sont pas vraiment crédibles (e.g. Garrett).
A ce détail près, c'est plusieurs fois des tranches de plaisir.

Du côté de la langue : pas mal d'expressions américaines que je ne connaissais pas.

Conclusion : à lire !

Olivier Cantin a dit…

Je suis partagé sur ce roman.
D'un côté, j'ai été pris par l'histoire, les sentiments de l'héroïne au point de vérifier à mi-lecture si c'était bien un roman et non une (auto)biographie.
De l'autre, il y a quelques passages qui sont en décalage avec le reste du roman. Exemples : le dîner de Noël qui ressemble à une happy end d'un film commercial américain, ou des personnages dont les caractères ne sont pas vraiment crédibles (e.g. Garrett).
A ce détail près, c'est plusieurs fois des tranches de plaisir.

Du côté de la langue : pas mal d'expressions américaines que je ne connaissais pas.

Conclusion : à lire !